Pourquoi je manque de désir ? 

Cabinet de Psychologie Brialy

Un manque, une baisse ou une absence de désir, de plaisir sont des troubles sexuels assez courants. Ils peuvent être récents, intermittents ou récurrents. Ils font l’objet de nombreuses consultations en sexothérapie.

Je vous reçois en rendez-vous individuel, ou en couple.

Avec vos mots et vos questionnements, je vous accueille dans un espace de libre parole. 

Mon écoute est active, bienveillante, objective et dénuée de tout jugement.

J’utilise des thérapies brèves*. Je m’adapte à vos réactions et à votre rythme. Ainsi, je personnalise des outils et méthodes thérapeutiques. 

Ensemble, grâce à une approche collaborative, nous mobilisons vos ressources pour favoriser votre désir et votre sexualité épanouie en toute confiance..

Je vous accompagne vers votre mieux-être.

Manifestations d’un manque de désir :

  • En premier lieu, vous avez peu envie de faire l’amour ;
  • Quand cela se produit vous ressentez peu de plaisir ;
  • Cela peut être primaire, depuis le début de votre sexualité, partiel, juste concerner votre conjoint ou se manifester dans des situations particulières.

Facteurs d’un manque de désir :

  • Ils peuvent être organiques et psychologiques  :
  • Premièrement, un accouchement, une opération chirurgicale, un cancer, une infection ;
  • Des bouleversements hormonaux : grossesse, ménopause, andropause ;
  • Deuxièmement, l’usage d’antidépresseurs, d’antipsychotiques, de drogues ;
  • Egalement, une absence totale de préliminaires, une sexualité mécanique, un partenaire sans expérience ;
  • Par exemple, au sein de votre couple, une infidélité, une absence totale d’échanges ;
  • La survenue d’un deuil, d’un licenciement, d’un choc émotionnel ;
  • D’autre part, une éducation stricte avec des tabous et interdits forts ;
  • Un inceste, un abus, une agression sexuelle ;
  • La peur de vous abandonner au lâcher-prise…
  • En conclusion, autant d’autres raisons que de personnes en souffrance.

Cadre :

Un accompagnement en Sexothérapie ne se substitue ni à un suivi médical, ni à une consultation auprès d’un spécialiste. Des professionnels de santé pourront intervenir également : bilans cliniques, diagnostics, (cf. CGU).

*Les thérapies brèves sont issues des TCC : Thérapies cognito-comportementale). En 2004, elles ont été validées par L’INSERM : Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale, sous la double tutelle des Ministères de la Santé et de la Recherche.

 

Vous avez des questions sur les caprices de votre désir et sur les méthodes que j’utilise.

Toutes sont intéressantes et peuvent être posées. Je suis à votre disposition. Parlons-en.

Retour en haut