Pourquoi des difficultés d’érection ?

Cabinet de Psychologie Brialy

Les difficultés d’érection, appelée aussi dysfonctions érectiles représentent une large majorité des consultations de sexothérapie. Ces difficultés d’érection n’ont rien à voir avec une absence de désir. Elles sont  réversibles. Quant à l’éventualité d’une atteinte physiologique, diagnostiquée par un urologue, des alternatives peuvent s’envisager.

Avec vos mots et vos questionnements, je vous accueille dans un espace de libre parole. 

Mon écoute est active, bienveillante, objective et dénuée de tout jugement.

J’utilise des thérapies brèves*. Je m’adapte à vos réactions et à votre rythme. Ainsi, je personnalise des outils et méthodes thérapeutiques. 

Ensemble, grâce à une approche collaborative, nous mobilisons vos ressources pour favoriser votre sexualité épanouie et joyeuse en toute confiance.

Je vous accompagne vers votre mieux-être.

Difficultés d’érection :

  • En dépit d’une forte excitation, votre verge alterne des périodes d’érection et des périodes de repos, plus fréquentes ;
  • Cela vous empêche de pénétrer durablement votre partenaire :
  • Ainsi, ces difficultés ont un impact sur votre intimité et sur votre couple.
  • Cela peut être épisodique, régulier, intermittent, ancien, récent, se manifester dans des situations précises ou avec des partenaires en particulier.

Facteurs :

  • Ils peuvent être organiques, physiologiques et psychologiques ;
  • Premièrement, des maladies neurologiques, l’hypertension artérielle, le diabète…;
  • Certains antihypertenseurs, antidépresseurs, neuroleptiques, psychotropes… ;
  • Le tabagisme, l’alcoolisme ;
  • La maladie de Lapeyronie7 : déformation de la verge :
  • Deuxièmement, une opération de la prostate, si les nerfs érecteurs ont été touchés ;
  • Par exemple, la période de l’andropause, une production moindre de testostérone diminue alors votre désir ;
  • Les injonctions de performances via les modèles érigés : taille, durée, pratiques, fréquences ;
  • Le stress, un syndrome dépressif, une fatigue extrême, un manque de confiance en vous,
  • Troisièmement au sein de votre couple, une usure du désir, une infidélité, une non perception de votre virilité,
  • Une appréhension présente avant chaque relation sexuelle ;
  • Une inhibition, un dégoût pour le corps, des antécédents de violences sexuelles,  un trauma, une homosexualité refoulée…

Cadre :

Un accompagnement en Sexothérapie ne se substitue ni à un suivi médical, ni à une consultation auprès d’un spécialiste. Des professionnels de santé interviendront également, pour une prise en charge globale, (cf. CGU).

*Les thérapies brèves sont issues des TCC : Thérapies cognito-comportementales. En 2004, elles ont été validées par L’INSERM : Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale, sous la double tutelle des Ministères de la Santé et de la Recherche.

 

Vous avez des questions complémentaires sur les difficultés d’érection et sur les méthodes que j’utilise.

Toutes sont intéressantes et peuvent être posées. Je suis à votre disposition. Parlons-en. 

Retour en haut