Cabinet de Psychologie Brialy

Ce trouble sexuel est appelé difficulté d’érection ou dysfonction érectile. Il est tout à fait réversible. Et à clairement différencié d’une absence de désir. Et ainsi rompre avec la projection idéale d’une érection maintenue des heures durant. Ce sujet représente une large majorité des consultations de sexothérapie. Vous souhaitez comprendre et retrouver une érection satisfaisante. 

Avec vos mots et vos ressentis, je vous accueille dans un espace de libre parole. Mon écoute est attentive et bienveillante. Pragmatique et dénuée de jugement.

Ensemble, grâce à un travail collaboratif à visée sexothérapeutique et psychothérapeutique, à titre individuel ou en couple, nous abordons vos spécificités. En toute simplicité, de la façon la plus confortable pour vous et à votre rythme, bien sûr. En premier lieu, nous mettons à profit vos ressources, afin d’identifier vos points de blocages, pour les dénouer. Ensuite, nous développons de nouveaux comportements bénéfiquesAfin de restaurer vos réflexes, votre confiance en vous et ainsi réinvestir votre sexualité. Nous utilisons des thérapies brèves, issues des TCCThérapies cognito-comportementales, validées par L’INSERM*. Et des protocoles sexothérapeutiques que je personnalise. Selon votre demande. Selon votre temporalité. Je vous accompagne.vers votre bien-être et votre autonomie. 

*INSERM : Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale. Sous la double tutelle des Ministères de la Santé et de la Recherche.

Difficultés d’érection :

  • En dépit d’une forte excitation, votre verge alterne des périodes d’érection et des périodes de repos, plus fréquentes ;
  • Cela vous empêche de pénétrer votre partenaire :
  • Ainsi, ces difficultés ont un impact sur votre intimité et sur votre couple.
  • Cela peut être épisodique, régulier, intermittent, ancien, récent, se manifester dans des situations précises ou avec des partenaires en particulier.

Facteurs :

  • Ils peuvent être organiques, physiologiques et psychologiques ;
  • Premièrement, des maladies neurologiques, l’hypertension artérielle, le diabète…;
  • Certains antihypertenseurs, antidépresseurs, neuroleptiques, psychotropes…, utilisés à long terme ;
  • Le tabagisme et l’alcoolisme ;
  • La maladie de Lapeyronie7 : déformation de la verge :
  • Deuxièmement, une opération de la prostate, si les nerfs érecteurs ont été touchés ;
  • Par exemple, la période de l’andropause, une production moindre de testostérone diminue alors votre désir ;
  • Les injonctions de performances via les modèles érigés : taille, durée, fréquence ;
  • Le stress, un syndrome dépressif, une fatigue extrême, un manque de confiance en vous,
  • Troisièmement au sein de votre couple, une usure du désir, une infidélité, une non perception de votre virilité,
  • Une appréhension présente avant chaque relation sexuelle ;
  • Une inhibition, un dégoût pour le corps, des antécédents de violences sexuelles,  un trauma, une homosexualité refoulée…

Selon vos particularités, d’autres professionnels pourraient intervenir, conjointement.

Vous avez des questions sur les difficultés d’érection. Toutes peuvent être posées. Parlons-en. Je suis à votre disposition.