Comment arrêter de mentir ?

Cabinet de Psychologie Brialy

Le mensonge consiste à déguiser, arranger, exagérer des éléments sans rapport avec la vérité ou en omettre certains. Les mensonges sont utilisés pour une multitude de raisons, de situations et d’intentions.

Avec vos mots et vos questionnements, je vous accueille dans un espace de libre parole. 

Mon écoute est active, bienveillante, objective et dénuée de tout jugement.

J’utilise des thérapies brèves*. Je m’adapte à vos réactions et à votre rythme. Ainsi, je personnalise des outils et méthodes thérapeutiques. 

Ensemble, grâce à une approche collaborative, nous mobilisons vos ressources pour favoriser des échanges avec tous vos interlocuteurs en toute authenticité.

Je vous accompagne vers votre mieux-être.

Manifestations du mensonge :

Le mensonge, celui par omission, ceux qualifiés de petits arrangements sont utilisés pour avoir la paix, fluidifier les relations, les situations, éviter les conflits, se donner le beau rôle, séduire, réécrire l’histoire pour s’en convaincre, fuir ses responsabilités (cf. Frank Abagnale, Jr, dont l’histoire a inspiré le film « Arrête-moi si tu peux »), se rassurer, rassurer les autres, cacher une faiblesse,… La plupart des enfants et adolescents mentent ou tentent de le faire. Cela fait partie de l’expérimentation. La fonction éducatrice des parents s’exprime alors dans ce cadre.

Le mensonge, quand il est irrépressible, éventuellement pathologique, peut provoquer une forme d’enferment, d’épuisement et de souffrance. Avec, potentiellement, des incidences néfastes, pour vous-même, pour votre entourage, ou les deux, si le mensonge est cultivé car il est, alors, source de plaisir.

Facteurs du mensonge :

Il existe un certain nombre de facteurs psychologiques, conscients ou inconscients. Il peut s’agir d’une habitude familiale, d’un mécanisme de défense, d’un moyen d’avancer en dépit de traumatismes, (cf. Boris Cyrulnik « Sauve-toi, la vie t’appelle »), arriver à ses fins…

Cadre :

Un accompagnement à visée psychothérapeutique ne se substitue ni à un suivi médical, ni à une consultation auprès d’un spécialiste. Des professionnels de santé pourront intervenir également : bilans cliniques, diagnostics…, (cf. CGU).

*Les thérapies brèves sont issues des TCC : Thérapies cognito-comportementales. En 2004, elles ont été validées par L’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale, sous la double tutelle des Ministères de la Santé et de la Recherche).

Vous avez des questions complémentaires sur les mécanismes des mensonges et sur les méthodes que j’utilise.

Toutes sont intéressantes et peuvent être posées. Je suis à votre disposition. Parlons-en

Retour en haut